Les dessous de Nus et culottés

Les dessous de Nus et Culottés

À l’occasion du Salon Mondial du Tourisme, nous avons rencontré Nans & Mouts, alias Nans Thomassey et Guillaume Mouton, le duo de choc de « Nus et culottés » !
Pour celles et ceux qui ne les connaîtraient pas encore, ces deux baroudeurs débutent chacune de leurs escapades en pleine nature sans vêtements et sans argent, avec pour seul équipement une caméra suspendue à un baluchon. Chaque émission de « Nus et culottés » a pour but de réaliser un rêve d’enfant, mais la vraie aventure se trouve sur le chemin, au gré des rencontres et des échanges…
Alors, envie d’en découvrir un peu plus 😉  ?

Nus et culottés se dévoilent


Comment faites-vous pour réveiller l’humain qui sommeille en chacun de nous ?

Nans : je crois que notre médicament à nous va être la vulnérabilité matérielle, notre état de dépouillement. Cela ne nous donne pas d’autre choix que de faire confiance à l’autre. Si on laisse une graine de méfiance s’installer en nous lorsqu’on part en voyage, il nous devient impossible de voyager. C’est la nécessité de la rencontre qui réveille cette foi en l’humain. Dans « Nus et culottés », on part tout nu, sans argent, sans vêtements, on a absolument besoin de l’autre et il faut donc impérativement trouver cette foi. Si tu n’as pas cette foi, tu devras l’inventer.

Mouts : au bout d’un moment, cela devient une décision. On se dit : « Ok, dans chaque personne que je vais rencontrer, il y a un endroit où l’on va se comprendre, se sentir les mêmes, se sentir proches. Un endroit où l’on va pouvoir se faire confiance et, du coup, construire quelque chose ensemble, qu’il s’agisse de trouver un endroit pour dormir, de trouver à manger etc. » C’est réellement éprouvé car dans certaines rencontres, il serait tellement tentant de se dire que telle ou telle personne ne nous comprend pas ou n’est pas intéressante. En réalité, quelle que soit la personne, il y a un endroit où on est les mêmes, où on ne lâchera pas :  « Je trouverai la beauté en toi, et tu trouveras la beauté en moi. »

Est-ce que cela marche toujours ?

Mouts : certaines fois, c’est difficile…

Nans : on n’y arrive pas toujours, en effet. Mais on s’est rendus compte dans cette expérience à quel point nous avons une part énorme de responsabilité sur ce que l’on voit chez l’autre. Il y a ce que nous sommes et ce que l’autre voit, perçoit de nous. Si l’on se met des « voiles » à cause de ce que l’on entend à la télévision ou à la radio, cela conduit à interpréter le moindre comportement. La vraie nudité invite à sortir des « voiles » que l’on a sur l’autre pour que la curiosité « brûle » tout. L’autre se met également à nu et cela permet de se découvrir au-delà des idées reçues, des préjugés et des jugements. On est dans l’aspect « brut de décoffrage » de la rencontre, il n’y a pas de place pour les jugements…

Mais cela se travaille, on a toujours des préjugés…

Mouts : En effet, si retirer ses vêtements prend quelques secondes, se mettre à nu de notre propre jugement, c’est le travail d’une vie.

Nans : Oui et non… J’entends par là qu’en un sens, oui, c’est le travail d’une vie, et en même temps, non, car il y a des moments où l’on n’a pas le choix, qui ne relèvent pas d’une décision, d’une volonté personnelle de ne pas avoir de jugements. Dans la nécessité, on oublie ces jugements et on va vers l’autre pour lui demander son aide. Ce sont dans ces moments où l’on n’a pas le choix qu’apparaissent parfois de petites brèches qui nous font aller au-delà de nos jugements. Pour résumer, il y a un travail qui se fait dans le temps et il a des expériences. Ce sont ces petites expériences que l’on vient chercher dans « Nus et culottés », où tout d’un coup le cœur est ouvert et il n’y a plus de peur ni de filtres, juste une présence totale à l’autre. On essaie de renouveler ces instants le plus souvent possible, même si bien évidemment cela ne fonctionne pas toujours…

Pensez-vous que cela serait plus compliqué si vous n’arriviez pas tout nus ?

Mouts : le fait de démarrer nus nous a aidés à nous lancer dans cette quête-là, avec ce niveau d’engagement-là. Une fois que l’on trouve des vêtements, tout se poursuit naturellement. Ensuite, lorsque l’on reprend le cours de nos vies, c’est un mode de voyage qui nourrit un mode de vie, qui nourrit un mode de voyage etc. Cela finit par devenir un état d’être, que l’on soit en voyage ou sédentaire.
Comment faire pour être dans cette quête d’authenticité la plus pure ? Et bien cela se travaille, cela se décide, et, au bout d’un moment, certains contextes de vie font que c’est forcé, et on avance

Avez-vous toujours été des aventuriers ? Comment est né chez vous ce goût de l’aventure ?

Nans :  j’ai eu cette nature d’aventurier très jeune. Mes premières aventures dans la forêt remontent à l’âge de 10 ans. Puis, dès mes 12 ans, je pêchais des truites à la main avec ma mère. Ensuite, l’envie de faire de l’auto-stop et de partir voyager est venue assez naturellement et, de fil en aiguille, j’ai laissé de plus en plus de place à l’aventure dans ma vie.

Mouts : de mon côté, j’avais cette fibre aventureuse et en même temps, j’étais très peureux. J’avais peur du noir, peur d’être jugé, j’avais peur des gens. Lorsque des personnes venaient sonner à la porte chez mes parents, je me terrais dans ma chambre car je ne voulais pas leur dire bonjour. Il y avait à la fois cet enfant peureux, et cet enfant qui se disait qu’il ne pouvait pas continuer à vivre dans la peur. Les alarmes, les barrières rassurent seulement quelques secondes alors que l’angoisse est toujours là…
Au bout d’un moment, on n’a pas le choix, il nous faut aller épouser cet esprit d’aventure, cette envie de liberté et de s’épanouir que l’on a tous dans une certaine mesure, et composer en même temps avec cette part peureuse, inquiète et angoissée qu’on a aussi tous à des degrés différents. C’est pour cela qu’on ne peut que s’inspirer les uns les autres : s’inspirer des plus aventureux et en même temps être à l’écoute des peurs, qui ont elles aussi des messages à nous livrer, qui nous alertent pour nous éviter de nous mettre en danger et de prendre de trop gros risques au prétexte de l’aventure.

Avez-vous gardé contact avec certaines personnes ? 

Nans : sur les 2000 personnes rencontrées, nous avons gardé un contact régulier avec 5 ou 6 personnes. De réelles amitiés sont nées, même si nous ne nous voyons pas régulièrement. Ce sont des gens que l’on porte dans notre cœur, comme la plupart des personnes rencontrées d’ailleurs, mais il ne serait simplement pas réaliste d’entretenir le contact avec 2000 personnes.
Parmi ces personnes, Dominique, Alain et Sandrine en effet, mais aussi Thierry et Chantal rencontrés à Caen, qui sont justement venus nous faire une surprise sur le salon.

Si je vous prête un camping-car pour m’emmener en voyage, on partirait où et pourquoi ?

Mouts : j’irais bien à la mer pour ressentir notre petitesse d’humain et se rappeler combien on est une goutte d’eau dans un océan. Se rappeler que ce qui peut ressembler à d’énormes problèmes, les grosses difficultés que l’on vit tous dans nos vies, ne sont au final pas si graves. Le fait d’être face aux éléments permet de faire face aux évènements avec beaucoup plus de sagesse et de distance.

Nans : j’irais dans les Alpes trouver un petit coin de nature au bord d’une rivière. Je t’emmènerais pêcher à la main. On irait cueillir des plantes sauvages comestibles et s’en faire un petit repas pour se souvenir d’où l’on vient et de l’abondance qui nous entoure, de l’intelligence présente qui prend soin de nous et, enfin, « réensauvager » nos vies, réveiller la puissance en nous qui nous fait nous sentir vivants.

(tout un programme ! )

Pour terminer, un petit indice sur la saison de « Nus et culottés » que vous venez de tourner ?

Mouts : que pourrait-on bien partager pour cette saison… ?

Nans : mon indice serait : « un autre tabou« …

(frustration 😉 )

 

Un grand merci à Nans et Mouts d’avoir accepté de se mettre à nu pour Wikicampers ! Et vous, seriez-vous prêts à tenter l’aventure « Nus et culottés » ? Sinon, vous pouvez toujours louer un véhicule sur notre site…

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le commenter et à le partager !


Férue de voyages et de découvertes, je vous fais profiter de mes coups de cœur et des bons plans dénichés au gré de mes pérégrinations. À bientôt sur Wikicampers !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments

  1. Toujours un plaisir de revoir Nans et Mouts, si vous connaissez pas et que vous aimez le voyage d’aventures je ne peux que vous conseiller « nus et culottés »

  2. 2 BOBOS, qui gagnent leur pognon sur le dos des autres, ils n’apportent rien, ce n’est que de prendre aux pauvres et profiter de la Société qu’ils critiquent, stop à cette émission

    • Bonjour,
      Merci pour votre commentaire. Tout point de vue se respecte, c’est d’ailleurs ce qui nous permet de vivre en communauté.
      Belle journée !


X